Admin_LHNPC  sep.01.2017 0 Commentaire

Depuis treize ans, Xavier Fenaert arpente les terrains de hockey sur gazon, pas en tant que joueur mais en tant qu’arbitre. Championnats de France, coupes d’Europe et même Coupes du monde, le Nieppois a déjà un beau palmarès. Son objectif maintenant : arbitrer les Jeux olympiques de 2024.

Par Victoire Haffreingue-Moulart | Publié le 01/08/2017 VOIX DU NORD

 

Il n’a pas le même maillot, mais il a la même passion. À 36 ans, Xavier Fenaert fait partie de l’élite française de l’arbitrage de hockey sur gazon. Si sa carrière de joueur est derrière lui, celle d’arbitre s’annonce sous les meilleurs augures. «  Un moment il fallait faire un choix. J’étais arrivé au maximum de ce que je pouvais faire comme joueur  », raconte le Nieppois. Résultat, il a embrassé la carrière d’arbitre au Polo-club de Marcq-en-Barœul. Un choix judicieux puisque ce mercredi, Xavier Fenaert s’envole pour Glasgow où il arbitrera le championnat d’Europe.

« Les étapes sont complexes, mais si ça se passe à Paris, on peut espérer qu’un arbitre français soit nommé... »

Ce n’est pas vraiment une première pour ce professeur d’EPS, arbitre international depuis 2004. «  Je suis allé en Inde, en Australie. J’ai aussi arbitré la demi-finale de Coupe d’Europe des nations entre les Pays-Bas et l’Allemagne  », raconte-t-il.

«  Quand on part pour une compétition, les arbitres forment une équipe, une espèce de famille. On est logé à l’hôtel, on vit ensemble pendant toute la compétition.  »

Une vie à cent à l’heure que le professeur doit combiner avec sa vie personnelle. «  On voyage beaucoup, ça demande parfois des sacrifices.  » Tous les dimanches, ils arbitrent les matchs du championnat de France, tandis que le reste de l’année, il part deux ou trois fois de l’autre côté du globe. Ces années d’arbitrage lui ont permis d’atteindre aujourd’hui le meilleur niveau. Son objectif maintenant ? Arbitrer aux Jeux olympiques.

Noté à chaque tournoi

Pour y parvenir, Xavier Fenaert n’a pas le droit à l’erreur, il ne sera sélectionné que si ses notes obtenues pour chaque compétition internationale sont suffisamment élevées.

«  On est noté à chaque tournoi. Plus on progresse, plus on est appelé. Pour être sélectionné pour les JO, il faut atteindre le niveau 3 ou 4, pour l’instant je suis au niveau 2  », explique-t-il. «  En 2024, j’aurai 43 ans, ce sera ma dernière chance de participer à des Jeux olympiques. Les étapes sont complexes, mais si ça se passe à Paris, on peut espérer qu’un arbitre français soit nommé…  »